Le hameau de "Hout-s’i-ploût" était autrefois appelé "pîrâpré". Il a changé de nom avec le moulin qui y était situé. Notons les variantes du terme qui ont traversé les âges : "Choutsiplou" (1600), "a xhoutte si ploux" (1618), "Choutsiploux" (1706), "a houtsiploux" (1778). Le moulin fut construit en 1559 au lieu-dit "pîrâpré", sur le "ri d’pîrâpré". "Le nom actuel apparaît pour la première fois en 1600, concurrence l’ancienne dénomination pendant un demi-siècle et finit par l’évincer ; nous ne le relevons pas après 1655"(...). Une tradition locale explique comme suit l’appellation "houtsiploû" : comme le ri du moulin n’avait qu’un débit intermittent et qu’en été il était souvent à sec, le meunier inquiet éveillait parfois son fils au milieu de la nuit : "Hoûte s’i ploût" ! lui disait-il. C’est la traduction de "Ecoute s’il pleut" (...).

La fantaisie populaire y a substitué plaisamment "houte s’i ploût", c’est-à-dire "à l’abri quand il pleut", avec brièveté de la première syllabe. Le nom est d’ailleurs familier aux liégeois, et il sert de réponse évasive et moqueuse à toutes sortes de questions indiscrètes "Wice alez-ve ?- a Hout’si ploû". Cette vogue est ancienne, comme en témoigne l’opéra wallon de Hamal et Vivario : "Li fièsse di Hoûte-s’i ploût" (1757) dont l’action se passe au petit hameau proche du moulin et qui lui a emprunté son nom".

Citation :

  La vraie tragédie n'est pas de vieillir mais de ne plus être capable de voir la beauté qui vous entoure. 

La vieille Auberge début 1900 cafe Deneumostier Méan
La vieille Auberge début 1900 cafe Deneumostier Méan

On ne compte pas sa vie en respirations, mais en moments qui vous ont coupé le souffle. Je me souviens de la Vieille Auberge à Hout-Si-Plou où la famille faisait une halte après une excursion dans les Ardennes, le Dimanche en fin de journée. On arrêtait la 203 Peugeot et on sirotait une boisson dans le pré. Il y avait là des vieux manèges pour enfants, tourniquets, escarpolettes, balançoires, tonneau, cage à poule.On y rencontrait beaucoup de Sérésiens venus se divertir une heure ou deux.Les garçons servaient en pantalon noir et jacquette blanche boutonnée de cafetier avec un plateau sur lequel ils transportaient les verres et les boissons.Il y avait aussi de vieux haut-parleurs qui diffusaient de la musique et les résultats sportifs. Tout cela était bon enfant, mais qu'est ce qu'on pouvait s'y amuser. Mon père était ouvrier (monteur en tuyauteries).Et le Dimanche il nous arrivait de fuir le centre de Seraing pour sa campagne environnante et prendre ainsi un bon bol d'air. Je viens d'apprendre par la télévision que ” hout si plou ” voulait dire écoute si il pleut réflection d'un minotier qui écoutait l'eau tomber , pour démarrer son travail au moulin.

Ma mère m'avait expliqué à tort que hout voulait dire “a houtte” ce qui veut dire se protéger, “si plout” endroit où l'on se protégeait en cas de pluie.

La façade de la Vieille Auberge fin des années 1950
La façade de la Vieille Auberge fin des années 1950

Un souvenir de mon enfance,le Vérigoud a été mis au point en 1954 en Algérie par M. Goudovin spécialiste des "pâtes à soda" Près d'Alger est Boufarik (qui a donné naissance à Orangina) la capitale des oranges ,c'est le début de vérigoud. Une boisson pétillante à l'orange ou au citron. "Vérigoud, c'est si bon "! La gamme c'est étendue...Orange, citron, et les sirops mandarine, grenade. Contrairement a ses concurrents le soda Vérigoud, va disparaître, fin des années 1950, oublié de tous.

Intérieur du café
Intérieur du café

L'intérieur de l'auberge un moment au dessus de l'entrée ou du bar, ma mémoire me fait défaut , il y avait  une collection de chopes à bière exposée, des chopes en grès et en porcelaine

La vieille Auberge fin des années 1950
La vieille Auberge fin des années 1950

Le garçon en tenue et veste blanche rend la monnaie à la cliente. A l'extrème gauche de la photo il y avait un gros tonneau à lamelles de bois qui tournait sur lui-même. On sautait à l'intérieur et on marchait pour le faire tourniquer. Gare à ceux qui ne suivaient pas. C'était le terminator des culs de pantalons.

La vieille Auberge fin des années 1950
La vieille Auberge fin des années 1950

Le pré fin des années 1950 début 1960. La Vieille Auberge se trouvait de l'autre côté de la route à l'extrème droite. A la table à l'avant plan un poste radio déjà  transistor pour écouter les résultats sportifs.

La vieille Auberge fin des année 1950
La vieille Auberge fin des année 1950

Toujours la plaine de jeux sous un autre angle, on remarque le vieux manège de foire qui terminait sa carrière dans la plaine à notre grande satisfaction car souvent les parents  étaient réquisitionnés pour le faire tourner.

La vieille Auberge fin des années 1950
La vieille Auberge fin des années 1950

La cage à poule et le toboggan, les tables d'acier avec banquettes en lamelles de bois, le parking dans le fond, le tonneau terminator a été placé un peu après.

Avant la vieille auberge
Avant la vieille auberge

Café restaurant Durieux Aimont sans date La philosophie était déjà là. Le jardin devant avec les tables et les jeux.

La Vieille Auberge septembre 2008
La Vieille Auberge septembre 2008

La Vieille Auberge aujourd'hui, le commerce a disparu  mais elle a gardé l'enseigne des grands jours en témoignage du passé.

Les prés de la Vieille Auberge septembre 2008
Les prés de la Vieille Auberge septembre 2008

La plaine de jeux a disparu de nos jours, les manèges et les jeux d'enfants , remplacés par un lotissement, autres temps, autres moeurs,

Il ne nous reste plus que nos souvenirs qui disparaîtrons avec nous pour rentrer dans le ventre du temps, " Tout est relatif " disait Einstein

Le chapitre sur Houtsiplout m'a éveillé des souvenirs si semblables aux vôtres! On se prend à chavirer de nostalgie quand ces bulles de l'enfance remontent à la surface de notre mémoire. Merci.

Un grand merci à Monsieur Frederic pour cet émouvant témoignage.

Ce n'est pas facile de témoigner ,il ne suffit pas d'avoir des souvenirs. Il faut savoir les oublier quand ils sont nombreux et il faut avoir la grande patience d'attendre qu'ils reviennent.

J'aime assez à croire que ma page peut être un déclic.

Il me vient une folle pensée, peut être nous sommes nous croisés enfants,

un Dimanche après-midi entre les tables et les manèges de la Vieille Auberge ? Fabuleux non !

Hotel Donis
Hotel Donis

L'hotel Donis juste après le pont de la route vers Ouffet et juste au carrefour de la route d'Esneux vers 1900.

Vers les années 1970 le restaurant le Vieux Moulin et de nos jours la Coccinelle

La Coccinelle (septembre2008)
La Coccinelle (septembre2008)

L'ancien établissement Donis maintenant la Coccinelle juste au Carrefour de la route vers Esneux axe Seraing Anthisnes Ouffet

Auberge Donis en venant de Seraing
Auberge Donis en venant de Seraing

En venant de Seraing, la route d'Esneux à Gauche, la route d'Anthisnes Ouffet à droite L'Auberge Donis Burlet aux environs de 1920

Les jardins de l'Auberge Donis
Les jardins de l'Auberge Donis

Les jardins de l'auberge Donis Burlet vers 1920

Coin du jardin de l'Auberge Donis
Coin du jardin de l'Auberge Donis

Coin du jardin de l'Hotel Donis vers 1930.

Panorama du Carrefour
Panorama du Carrefour

Panorama du carrefour d'Esneux à Hout-Si-Plou, l'hotel Donis au centre, environ de 1920


Chateau Biron
Chateau Biron

Festival jazz au parc chateau Biron en 2009Rendez-vous de la convivialité et douceur de vivreavec le jazz et le blues comme musique de chambreJ'y ai vraiment passé un bon moment

Petite collection de plaques

 émaillées humoristiques

façon anciennes publicités

 

 

Pub+%C3%A0+rire

 

La ligne de tramway vicinaux "Clavier- Val-St- Lambert" passant par Nandrin. est dans la page avec de belles photos de chaque arrêt dans l'entité de Nandrin la ligne AR163. Et maintenant 2 arrêts à Neuville en Condroz. 

 

Tramway+Vicinal

Quelques objets de fabrication locale en Vieille Andenne .

Les images d'un artisanat maintenant disparuLa+Piperie+